+Cinéma

PRIX 2021 DE LA PRESSE ÉTRANGÈRE

Les Lumières donnent du souffle au cinéma français et couronnent ‘Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait’

MOREAU-PERUSSEAU/BESTIMAGE | Emmanuel Mouret avec le prix des Lumières 2021 au meilleur film pour Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait
MOREAU-PERUSSEAU/BESTIMAGE | Emmanuel Mouret avec le prix des Lumières 2021 au meilleur film pour Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait

VICENÇ BATALLA. Alors qu’on ne sait pas encore quand est-ce que les cinémas vont rouvrir en France et que toutes les sorties en salle de fin d’année avaient été reportées à une date incertaine, les prix 2021 de l’Académie des Lumières de la presse étrangère insufflent un peu de réconfort et d’espoir avec leur palmarès des films qu’on a pu quand même voir en 2020. Et c’est avec une œuvre sur un thème aussi fragile que l’amour que le palmarès est couronné : le sensible et choral Les choses qu'on dit, les choses qu'on fait, d’Emmanuel Mouret, qui en automne a pu tenir heureusement six semaines à l'affiche. Il n’y a non plus un grand vainqueur de cette soirée enregistrée et diffusée depuis les studios de Canal+ sans public, mais avec presque tous les primés présents, puisque les principales catégories sont assez partagées. Le commentaire de tous ces long-métrages, les absences qu’on regrette et les autres titres qu’on a vu mais qui n’ont pas pu sortir en salles nous servent à situer l’état d’une production en berne et court-circuitée par les plateformes en streaming. Continuer la lecture...

FILM D'ANIMATION

Aurel et Bartolí, les dessins de ‘Josep’ pour survivre

VICENÇ BATALLA | Aurel, devant l'affiche de son film Josep dédié à Josep Bartolí au cinéma Le Castillet de Perpignan
VICENÇ BATALLA | Aurel, devant l'affiche de son film Josep dédié à Josep Bartolí au cinéma Le Castillet de Perpignan

VB. Le film d’animation Josep, de Aurel, continue le travail de mémoire de la Retirada mais d’une manière assez originale parce que son personnage central est le peintre et illustrateur Josep Bartolí (Barcelona, 1910-New York, 1995), dont on n’arrête de révéler des surprises. Le dessinateur politique Aurel (Le Monde, Politis, Le Canard Enchaîné…) en extrait un portrait réaliste et impressionniste, à l’instar des caricatures et croquis que Bartolí avait lui-même réalisés pendant son passage par tous ces camps d’internement du Roussillon. Raison pour laquelle il avait été sélectionné au Festival de Cannes 2020 qui n’a pas eu lieu mais dont il a reçu le label officiel.

Sur ce sauf-conduit, le long-métrage sort en salles en France le 30 septembre en attendant son arrivée en Espagne le 4 décembre. Auparavant il a été montré symboliquement à Perpignan début septembre. Nous on a pu converser avec Aurel sur ce premier long-métrage, qui compte en plus avec la voix de Sergi López et la musique de Sílvia Pérez CruzContinuer la lecture...

FESTIVAL OHLALÀ! 2020

Nouvelle vie hybride pour le festival Ohlalà! des films francophones à Barcelone

ARCHIVE | Inauguration du festival Ohlalà! en 2019, à l'auditorium de l'Institut français de Barcelona
ARCHIVE | Inauguration du festival Ohlalà! en 2019, à l'auditorium de l'Institut français de Barcelona

VB. Quand on parle de se réinventer dans la culture, à cause de la pandémie, c’est encore plus curieux pour un festival si jeune comme le Ohlalà! de cinéma francophone à Barcelone. Sa troisième édition devait se célébrer milieu mars, mais les organisatrices ont eu le réflexe de le reporter en octobre avant qu’il ne tombe sur elles le confinement. Et, sept mois après, présentent une programmation hybride, moitié présentielle moitié online avec la plateforme Filmin, qui leur permet en tout cas de donner à connaître 16 films inédits en salles catalanes et espagnoles dans sa grande majorité. L’Institut français de Barcelone accueille l’inauguration le premier octobre, avec La Belle époque de Nicolas Bedos, et toute la programmation présentielle sauf l’ouverture pour la rétrospective de Nathalie Baye qui se fait pour la première fois à la Filmoteca de Catalunya. Entre-temps, il y a neuf long-métrages à compétition qui viennent de la France, la Belgique, la Suisse, le Québec et la Tunisie. Continuer la lecture...

PRIX DES LUMIÈRES 2020

'Les misérables' s'impose et Polanski gagne la mise en scène pour 'J'accuse'

"MAXIME
MAXIME BRAULT/STARFACE | Une partie de l'équipe de Les Misérables à l'Olympia se rappelant du directeur Ladj Ly qui était à Los Angeles

VB. Le film de Ladj Ly Les misérables, qui narre comme un thriller la tension entre la population et les policiers à la banlieue de Paris, a été le grand vainqueur des prix Lumières 2020 de la presse internationale en France avec trois récompenses dont celle du meilleur long-métrage. Cette domination n'a été rompue que pour le prix à la meilleure mise en scène pour Roman Polanski et son J'accuse, qui était sorti en novembre denier au milieu d'une nouvelle polémique autour du cinéaste sur des agressions sexuels dans les années soixante-dix. D'ailleurs, les Césars (28 février) viennent de nominer Polanski pour la meilleure réalisation et le meilleur film.

De son côté Portrait de la jeune fille en feu, de Céline Scimma, a reçu deux prix dans une soirée à l'Olympia le 27 janvier qui a marqué un saut qualitative de l'Académie des Lumières pour son 25 anniversaire et qui a été retransmise par Canal Plus+ avec un timing précis et Isabelle Huppert comme présidente de la cérémonie. Pendant la soirée, ont a aussi rendu hommage aux réalisateurs Costa-Gravas et Roberto Benigni. Continuer la lecture...

PRIX DES LUMIÈRES 2019

Jacques Audiard ramasse les prix pour ‘Les Frères Sisters’

THIERRY RAMBAUD | Le réalisateur Jacques Audiard, à la cérémonie des Lumières à l’Institut du monde arabe le 4 février
THIERRY RAMBAUD | Le réalisateur Jacques Audiard, à la cérémonie des Lumières à l’Institut du monde arabe le 4 février

VB. Au cours de la cérémonie des Lumières de la presse internationale, aux meilleurs films français de l’année 2018, Jacques Audiard a ramassé trois des principaux prix pour The Sisters brothers (Les Frères Sisters) malgré que le film soit une production entièrement en anglais. Déjà auréolé avec le Lion d’argent du meilleur réalisateur à la Mostra de Venise, Les Frères Sisters a obtenu les prix du meilleur film, meilleur réalisateur et meilleure image (Benoît Debie).

Les choix des 72 membres de 20 pays différents de l’Académie des Lumières (dont nous en faisons partie) ont été plutôt conservateurs, laissant sur le chemin d’autres films qui méritaient aussi de se voir décerner une récompense. Même si la catégorie Premier film réunissait des petits bijoux qui ouvrent des nouvelles voies au cinéma français. Continuer la lecture...

Vues : 12