Festival Lumière

PRÉSIDENT DU FESTIVAL LUMIÈRE

Bertrand Tavernier : “On assiste au retour de la liste noire, avec le politiquement correct”

VICENÇ BATALLA | Le réalisateur et critique de cinéma Bertrand Tavernier, au Festival Lumière de Lyon 2019
VICENÇ BATALLA | Le réalisateur et critique de cinéma Bertrand Tavernier, au Festival Lumière de Lyon 2019

VICENÇ BATALLA. La figure longiligne, imposante et chaleureuse de Bertrand Tavernier me reçoit dans les coulisses du village du Festival Lumière, installé dans les jardins à côté Le Hangar du Premier-Film. On a au maximum une demi-heure, et on doit aborder les milles pages de la nouvelle version du livre Amis américains. Entretiens avec les grands auteurs d’Hollywood (Institut Lumière-Actes Sud, 2019), que le critique, metteur en scène et passionné du cinéma outre-Atlantique a révisé une deuxième fois depuis 2003. Avec une nouvelle conversation comme introduction par le directeur de l’Institut Lumière, Thierry Frémaux. Tavernier, d’ailleurs, est le président de l’Institut et du Festival Lumière.

À ses 78 ans (Lyon, 1941), les connaissances encyclopédiques de ce  fils de la ville où il a débuté sa carrière cinématographique avec L’Horloger de Saint-Paul (1974) pourraient nourrir une conversation à l’envi. Il y a aussi la matière de Voyages à travers le cinéma français, (Gaumont, 2018) une série documentaire en 8 épisodes dans un itinéraire sentimental et érudit sur ce qu’il y a de mieux dans la production du pays entre les années trente et soixante-dix du dernier siècle.

Mais Tavernier n’est pas un passéiste et a aussi un regard affuté sur la production actuelle. Ce qui donne lieu, dans cet interview, a des véritables échanges sur Coppola, Scorsese, Tarantino et toute la tradition qui a pu les nourrir. Du séminal John Ford à des noms moins connus comme William Witney. Et qui débouche, à part la farouche critique à la Marvel, sur une acide réflexion sur quelles pourraient être les listes noires d’aujourd’hui. Et on les trouve là-bas où on ne s’attendait pas. En fait, écrire l’histoire du cinéma est aussi une affaire politique. Et Tavernier ne veut pas qu’elle soit instrumentalisée. Voici son avis. Continuer la lecture...

ÉMISSION SPÉCIALE DU FESTIVAL DE CINEMA

Lumière 2018: Un autre regard

Émission spéciale résumé du Festival Lumière 2018 à Lyon, coordonnée et présenté par Vicenç Batalla et réalisé par Visual Solutions avec des images d'Irina Gibert et Luis Carballo. Vous y trouverez des interviews et déclarations de Thierry Frémaux, Guillermo del Toro, Alfonso Cuarón, Daniela Michel, Douglas Trumbull, Bertrand Tavernier, Claude Lelouch, Monica Bellucci, Javier Bardem, Jerry Schatzberg, Liv Ullmann, Jane Fonda...

 

LA VIDÉO-CHRONIQUE QUOTIDIENNE

Épisode 8: Jane Fonda dit adieu au Festival Lumière avec 'Les raisins de la colère' où son père Henri Fonda joue un héros prolétaire

Épisode 7: Jane Fonda affirme que Trump souffre de Post-Traumatic Stress Disorder (PTSD) et avoue n'avoir jamais eu envie d'être réalisatrice

Épisode 6: Le Prix Lumière 2018 à Jane Fonda et sa master class contre le patriarcat du gouvernement aux États Unis

Épisode 5: Le film inédit d'Orson Welles 'The other side of the wind', l'arrivée accidentée de Peter Bogdanovich et le free jazz

Épisode 4: Alfonso Cuarón et son 'Roma' sur un grand écran qui donne la voix aux plus démuni·es du Mexique

Épisode 3: Douglas Trumbull, le monsieur des effets spéciaux de '2001', mais aussi 'Rencontres du troisième type', 'Blade Runner'...

Épisode 2: Une journée avec Liv Ullmann, la muse d'Ingmar Bergman mais beaucoup plus

Épisode 1: L'inauguration et des interviews à Claude Lelouch, Guillermo del Toro, Javier Bardem, Monica Bellucci, Bertrand Tavernier et Jerry Schatzberg

Épisode 0: Le dixième Festival Lumière, Cannes et Netflix

VICENÇ BATALA. Bienvenu·es à la chronique quotidienne du Festival Lumière 2018 (13-21 octobre) en version vidéo grâce aux copains d'Unimage Communications (Irina Gibert et Luis Carballo). Dans cette épisode 0, on présente le festival des festivals où il est né le cinéma en 1895: les Anciens Usines Lumière à Lyon. Cette dixième édition a comme invitée d'honneur pour recevoir le Prix Lumière l'égérie Jane Fonda. Et on assiste au chapitre 2.5 des tumultueuses relations entre l'industrie du cinéma français et Netflix. Le directeur de l'Institut Lumière et du Festival de Cannes, Thierry Frémaux, a réussi à programmer trois séances du récemment Lion d'Or à Venise Roma du mexicain Alfonso Cuarón qui, distribué par Netflix, ne sortira pas en salles françaises. Et aussi le film inédit d'Orson Welles The other side of the wing, acheté par Netflix. Et qui était retiré du dernier Festival de Cannes par la compagnie du net parce qu'on ne lui a pas accepté Roma en compétition. Un début pour réamorcer les relations? "On attend le chapitre 3 à Cannes 2019", Frémaux dixit.

 

FESTIVAL LUMIÈRE 2017

VICENÇ BATALLA | Le président de l'Institut Lumière, Bertrand Tavernier, et le primé 2017, Wong Kar-wai, avant la conférence de presse
VICENÇ BATALLA | Le président de l'Institut Lumière, Bertrand Tavernier, et le primé 2017, Wong Kar-wai, avant la conférence de presse

Transcription de la conférence de presse en son intégralité du Prix Lumière 2017, le hongkongais Wong Kar-wai, en catalan et espagnol