Mal Pelo, Bach en mouvement

TRISTÁN PÉREZ MARTÍN | La danseuse italienne Federica Porello autour des musiciens dans Highlands, le quatrième chapitre de The Bach Project de la compagnie Mal Pelo
TRISTÁN PÉREZ MARTÍN | La danseuse italienne Federica Porello autour des musiciens dans Highlands, le quatrième chapitre de The Bach Project de la compagnie Mal Pelo

VICENÇ BATALLA. La réinterprétation de Bach au fil des siècles ne s’arrête jamais, tout comme le processus de création de Mal Pelo. La compagnie de María Muñoz et Pep Ramis a achevé dix-huit ans de travail sur le musicien phare du baroque, mais qui est régénéré dans chaque spectacle en fonction des lieux où il est produit. Une partie de sa tétralogie The Bach Project est passée par la Grande Halle de La Villette à Paris en novembre dernier et continue de voyager en Europe, s’adaptant aux différentes scènes. Comme les variations, fugues et contrepoints du maître allemand, le mouvement des corps et des idées de Mal Pelo continue d’évoluer, en contact étroit avec des compositeurs, des instrumentistes, des chanteurs, des écrivains, des vidéastes et d’autres chorégraphes pour imaginer de nouvelles réalités mais toujours avec le contact physique et le spectateur. Pendant six mois, ils ont également recréé ce monde à eux dans l’espace contemporain majorquin d’Es Baluard, dans l’installation immersive Before the Words. Refuge temporaire. De cette conversation à Paris avec María et Pep, nous dévoilons les présences et absences de cet itinéraire toujours à découvrir.

Nous commençons par la verticalité, car jusqu’à l’époque contemporaine, la virtuosité et le mysticisme de Johann Sebastian Bach (1685-1750) ne semblaient pas s’accorder avec la danse moderne. Mais María et Pep ont tous deux trouvé un filon dans une technique qui leur permet d’exprimer l’individualité de chaque danseur et, en même temps, de les réunir dans des moments de communion collective. “Au niveau de la pensée chorégraphique, c’est très riche car il y a un parallèle entre ce que l’on apprend en écoutant Bach et ce que nous faisons”, explique la chorégraphe et danseuse de València après la sixième et dernière représentation qu’ils ont donnée dans La Villette de Inventions, troisième chapitre de cette tétralogie. “On découvre, par exemple, comment les voix coexistent de manière plus horizontale et comment, de temps en temps, elles coïncident et on ressent une verticalité”. 

“Tant dans ‘Inventions’ que dans ‘Highlands’ (le quatrième chapitre du projet), nous jouons une musique plus sacrée”, admet le chorégraphe et danseur majorquin. “Bach, avec cette musique, est très vertical. Elle possède une ligne ascendante spirituelle très forte, et une partie de cette musique est née des nouvelles versions de la musique folklorique. C’est cette verticalité, cette confrontation, qui nous intéresse. Nous travaillons la chose la plus banale à travers des textes pour parler de notre monde”. Une allusion à Inventions et Highlands qu’il convient de noter car, trois jours plus tard, la compagnie se rendait dans la ville périphérique de Cergy-Pontoise, dans l’espace des Points Communs, pour présenter la seconde des œuvres, mais avec la même équipe de seize personnes sur scène.

Les espaces comme inspiration de la mise en scène

TRISTÁN PÉREZ MARTÍN | La première d'Inventions aux Drassanes à Barcelone, en juillet 2020, avec des danseurs, des musiciens et des chanteurs autour de Bach
TRISTÁN PÉREZ MARTÍN | La première d’Inventions aux Drassanes à Barcelone, en juillet 2020, avec des danseurs, des musiciens et des chanteurs autour de Bach

Inventions est le résultat d’un travail en plein confinement pour la pandémie, au printemps 2020, pour introduire des musiciens et des chanteurs en direct, par rapport aux deux œuvres précédentes du cycle : Bach, le solo de María créé en 2004, et On Goldberg Variations/Variations, de 2019, dans lequel davantage de membres de la compagnie étaient déjà impliqués, basé sur la version plus jazzée par le pianiste américain Dan Tepfer de ces célèbres variations du musicien germanique. Au Mas Espolla à Celrà, au nord de Gérone, où Mal Pelo a son siège, L’animal a l’esquena, pour la création, les résidences et les ateliers, toute la future équipe s’est réunie pendant le confinement dans une bulle. Ce qui allait devenir un groupe de huit danseurs, un quatuor à cordes et un quatuor vocal sous la baguette de Joel Bardolet et Quiteria Muñoz. Quinze jours intenses à interpréter et à danser des extraits des Cantates, de la Partita n° II et de L’art de la fugue de Bach. Sacré et profane à la fois.

Et, de là, à l’espace Drassanes, le Musée maritime de Barcelone, dans le cadre du festival Grec 2020 sauvé du covid par des spectacles locaux comme celui-ci. Inventions y a fait sa première après des expériences précédentes au Dansàneu du Pallars dans les Pyrénées, au Sismògraf à Olot, Les Prederes de s’Hostal à Minorque et l’IVAM de València. Les épaisses colonnes des Drassanes ont nécessité de réfléchir à une scénographie particulière, comme ce fut le cas plus tard au monastère roman de Sant Pere de Galligants, dans le cadre du festival Temporada Alta de Gérone.

Claire Verlet, adjointe à la programmation du Théâtre de la Ville de Paris, qui a fait jouer Mal Pelo dans différents lieux de la ville depuis le solo Bach en 2013, et le directeur de la programmation de La Villette, Frédéric Mazelly, sont tombés amoureux de ces Inventions et c’est ce qu’on leur a demandé de faire un an et demi plus tard. Entre-temps, la compagnie a créé Highlands, incluant d’autres musiques en contrepoint de Bach et avec une scène noire au lieu de la blanche initiale. “En réalité, le ‘Inventions’ que nous avons réalisées aujourd’hui et le ‘Highlands’, dont la première a eu lieu en mai 2021 au Mercat de les Flors à Barcelone, relèvent du même processus”, explique María. “Et comme l’espace de La Grand Halle est grand, nous nous sommes dit que nous allions reproduire le spectacle de Drassanes, sans colonnes : vingt-cinq mètres, ce qui revient à trois scènes réunies… Incroyable !”. “Normalement, on ne peut pas travailler avec la même profondeur sur d’autres scènes”, ajoute Pep. “Le fait que vous ayez la perspective de mettre différentes couches est merveilleux”.

Le contrepoint contemporaine au baroque

TRISTÁN PÉREZ MARTÍN | La soprano Quiteria Muñoz, le violoniste Joel Bardolet et le basse Giorgio Selenza, lors d'une des représentations d'Inventions de Mal Pelo
TRISTÁN PÉREZ MARTÍN | La soprano Quiteria Muñoz, le violoniste Joel Bardolet et le basse Giorgio Selenza, lors d’une des représentations d’Inventions de Mal Pelo

Dans Highlands, ce contrepoint musical fait appel au compositeur estonien contemporain Arvo Pärt (My Heart’s in the Highlands), aux baroques Haendel et Purcell, et aux également contemporains Benjamin Britten et György Kurtág. La principale nouveauté dans le Inventions de La Villette était les accords de Bright Horses de Nick Cave (extrait de l’album Ghosteen de 2019), relié à la cantate de Bach Leite mich in deiner Wahrheit (Guide-moi dans ta vérité), dans le même esprit mystique mais désacralisé que les textes du poète punk-rock australien.

Elle est dansée par María, Pep, les habitués de la compagnie Federica Porello, Leo Castro, Zoltàn Vakulya, Enric Fàbregas et les nouveaux venus Miquel Fiol et Ona Fusté. Elle est interprétée par Bardolet et Jaume Guri au violon, Masha Titova à l’alto et Daniel Claret au violoncelle. Et il est chanté par la soprano Quiteria Muñoz, le contre-ténor David Sagastume, le ténor Mario Corberán et le basse Giorgio Celenza. Une équipe provenant de toute l’Europe, mais essentiellement basée à Celrà, València et Bâle, qui s’intègre dans une scénographie minimaliste mais changeante, comme des personnages mythologiques émergeant des entrailles du temps, mi-hommes, mi-animaux sauvages.

Et parce que le baroque ne devient pas une contrainte, ils ont trouvé en la créatrice française d’espaces sonores, Fanny Tholot, leur collaboratrice idéale pour que l’improvisation musicale fasse aussi partie de l’œuvre. Ils l’ont rencontrée dans le cadre de projets communs avec le couple de cirque contemporain franco-catalan Baró d’Evel et travaillent déjà avec elle depuis sept spectacles, et elle compose également pour eux. “Lorsque nous avons besoin de distorsion, elle sait très bien comment jouer et comment faire évoluer les choses pour que, par exemple, les violons sonnent comme des guitares dans le cas des ‘Concerts brandebourgeois”, explique Pep. “Il est capable de relier le son à une poétique de l’espace”, souligne María.

Les paroles de John Berger et Erri de Luca 

RISTÁN PÉREZ MARTÍN | Chanteurs, musiciens et Pep Ramis, codirecteur de Mal Pelo, lors d'une lecture de textes tirés d'Inventions
RISTÁN PÉREZ MARTÍN | Chanteurs, musiciens et Pep Ramis, codirecteur de Mal Pelo, lors d’une lecture de textes tirés d’Inventions

Le mot, dans ce sens, joue également un rôle particulier dans leurs créations, et le travail qui est fait avec des textes inédits. Cela peut inspirer et aussi être déclamé. Son grand compagnon dans cette recherche a été pendant douze ans John Berger, l’écrivain et critique d’art anglais qui a vécu en France et est mort en 2017 à l’âge de quatre-vingt-dix ans. Il est présent de tous les textes et voix enregistrées de On Goldberg Variations/Variations, sauf un de l’Argentin Juan Gelman. Et c’est ainsi que Highlands commence aussi avec le poème We de Berger, alors que le groupe entre sur scène. “John était une personne assez incroyable, très empathique”, se souvient María en faisant son éloge. Maintenant, leur nouveau compagnon littéraire est l’essayiste et poète italien Erri De Luca, très engagé dans les causes altermondialistes, dont les textes sont lus dans Inventions/Highlands. “La relation avec Erri est plus ludique, comme si elle était plus légère”, compare la chorégraphe elle-même.

En revenant à Bach et en voyant toutes leurs digressions pour le relier à notre époque, Pep se pose une série de questions en tant que scénographe pour ne pas avoir peur de lui : “Comment jouer Bach, aujourd’hui, maintenant ? Comment donner sa voix au côté sans être trop irrévérencieux, sans perdre le respect pour lui, mais en faisant ce que l’on veut faire ? Vous devez être assez fort pour dire que je danse avec Bach et qu’est-ce qu’il y a”. Et, après la longue séquence de la pandémie, qui a produit des moments particulièrement émouvants comme les retrouvailles du public au Grec en juillet 2020, le même chorégraphe se pose ces autres interrogations : “Une des questions laissées par la pandémie est de savoir comment nous devons être ici. Comment nous devons être les uns avec les autres. Comment pouvons nous nous réinventer. Le fait est qu’il n’y a pas de réponse facile. Mais la question est déjà assez puissante”.

De l’immersion à Es Baluard au duo infini

ARCHIVE | María Muñoz, codirectrice de Mal Pelo, dans son solo Bach créé en 2004
ARCHIVE | María Muñoz, codirectrice de Mal Pelo, dans son solo Bach créé en 2004

Dans la lignée de ce questionnement et tout en poursuivant les différentes versions de leur projet Bach, le couple Mal Pelo prépare déjà leur nouvelle pièce en duo Double Infinite (The Bluebird Call). “De temps en temps, nous aimons faire une pièce qui est un peu une rencontre, afin de ne pas avoir à nous préoccuper autant des autres”, nous a confié María après ces représentations chorales. “Ce sont des moments importants où nous réfléchissons à de nombreuses choses sur le langage et sur l’adaptation de notre corps au moment que nous vivons, et à l’âge que nous avons”. Tous deux autour de la soixantaine. Ce duo, dans lequel les collaborations live ne sont pas exclues, a déjà une date de première entre le 1er et le 9 juillet 2023 au Théâtre National de Catalogne, dans le cadre du prochain Grec. Le Théâtre de la Ville à Paris l’accueillera également, dans une liaison transfrontalière qui passe souvent à son tour par l’Archipel à Perpignan ou le Garonne à Toulouse.

Pour l’heure, du 11 mars au 26 août, ils ont réuni à Es Baluard, le Musée d’art moderne et contemporain de Palma de Majorque, leur travail des dix dernières années de manière immersive et sous le titre Before the Words. Refuge temporaire. “C’est une révision de l’espace conceptuel, de toute la production audiovisuelle que nous avons faite, des textes qui nous ont accompagnés, des idées sur l’éclairage…”, nous a confié Pep avant qu’ils ne se rendent tous deux au musée en février pour modifier toutes ces archives d’images, de mots et de sons sur le vif. “Soudainement, un texte peut être traduit en une petite capsule vidéo qui comprend la lettre et l’image. Ou encore, certaines idées d’éclairage pourraient se retrouver dans l’une des parties de l’exposition. Ou qu’un poème de John (Berger) soit fourré dans un très long couloir où vous l’écoutez”. 

Nous n’avons pas pu aller voir le résultat final pour entrer dans ce processus de création, avec le Mal Pelo mais sans le Mal Pelo. Mais pourquoi pas finir avec ce que John Berger leur a dit lors d’une rencontre à trois après avoir vu le spectacle He visto caballos (J’ai vu des chevaux), de 2008, qui comportait également des textes de lui, et qui est inclus dans le programme de l’installation à Es Baluard : 

“La valeur du silence, la valeur de l’obscurité, la valeur de l’immobilité sont très importantes dans le récit verbal. Et ils sont très importants dans la narration scénique” (…) “Il est très intéressant de comparer la narration, l’art de raconter des histoires – qui est aussi ancienne dans l’histoire de l’humanité que l’art de faire des images – avec l’invention contemporaine de l’information. L’information est sans fin et est le contraire de la narration. Même lorsque ces informations expliquent des histoires – car elles parlent souvent d’histoires – elles n’ont aucun pouvoir narratif, car elles n’ont pas de silences”. 

“Je pense que très souvent, dans la narration, ces moments de silence ou ces sauts sont une forme de respect, une sorte de reconnaissance des réverbérations de ce qui vient d’être dit” (…) “C’est une comparaison évidente, mais quand vous êtes immobiles au sol, ou quand vous tombez soudainement, il y a un moment de drame extraordinaire, un moment qui soulève une question à laquelle on n’a pas vraiment de réponse. Et le fait que nous ne le sachions pas aura une incidence sur la manière dont nous réagirons, que vous restez immobiles ou que vous vous levez”.

 

Vues : 131