Daniel Berehulak : “A Boutcha, nous avons documenté une horreur d’histoires”

VICENÇ BATALLA | Le photojournaliste australien Daniel Berehulak, d'origine ukrainienne, au Visa pour l'Image à Perpignan 2022 où il a présenté l'exposition Des gens vivaient ici
VICENÇ BATALLA | Le photojournaliste australien Daniel Berehulak, d’origine ukrainienne, au Visa pour l’Image à Perpignan 2022 où il a présenté l’exposition Des gens vivaient ici

VICENÇ BATALLA. Il n’est pas facile d’expliquer les scènes vécues lors de la découverte du massacre d’Irpin et de Boutcha, dans la banlieue nord-ouest de Kíiv. Le 30 mars, le président russe Vladimir Poutine a donné l’ordre de retirer ses troupes autour de la capitale pour concentrer la guerre sur les Donbass. Lorsque les unités ukrainiennes, suivies par des journalistes, sont entrées dans ces deux villes, elles ont trouvé une traînée de corps de personnes exécutées de sang-froid pendant l’occupation d’un mois. On estime qu’il y en eu au moins 1 300 dans la région, ce qui fait l’objet d’une enquête pour crimes de guerre. L’Australien d’origine ukrainienne Daniel Berehulak (Sydney, 1975) a été l’un des premiers photojournalistes à se rendre sur place pour le New York Times. 

Dans la plus calme ville de Perpignan, en plein festival Visa pour l’Image, nous nous sommes entretenus avec ce photographe affable et corpulent qui nous a livré une histoire pas toujours facile à digérer de son exposition Тут жили люди Des gens vivaient ici. De plus, il l’a raconté dans sa langue d’adoption, l’espagnol, qu’il utilise depuis quelques années dans sa nouvelle résidence de Mexico. Et cela donne lieu, à la fin de l’interview, à un rapide tour d’horizon de la nouvelle guerre des cartels au Mexico. Ce n’est pas pour rien que Berehulak, qui est membre du collectif MAPS, a remporté deux prix Pulitzer de photographie, six prix World Press Photo, deux Photographer of the Year et le John Faber Award. En tant que maître, il s’est placé dans le meilleur endroit, la meilleure position et la meilleure lumière pour que nous puissions le prendre en photo pour illustrer cette conversation.

Pourquoi avez-vous voulu couvrir la guerre en Ukraine ?

“Parce que mes parents sont de là-bas. Ma famille en Australie était presque entièrement ukrainienne. Mes parents ont fui en tant que réfugiés pendant la Seconde Guerre mondiale. Et mes grands-parents, à l’époque de Staline, ont été déportés en Sibérie. Et quand ils sont revenus, ils ont dû survivre au temps de la famine (Holodomor, extermination par la faim) entre 1932 et 1933… La guerre actuelle en Ukraine n’est pas quelque chose de nouveau. La guerre de Donbass a commencé en 2014, mais elle est la conséquence de ce que le pouvoir russe pense de l’identité ukrainienne. Ils croient que ce territoire fait partie de la Russie. Nous nous sommes battus pendant deux cents ans pour notre propre culture, pour notre propre langue”.

Vous parliez ukrainien dans votre famille ?  

“Mon père est mort en 2005, mais avant cela, nous sommes retournés en Ukraine. Il est né en 1926. C’était la première fois qu’il revenait en Ukraine, après 60 ans !… En ce sens, j’ai grandi en tant qu’Ukrainien, parlant ukrainien à la maison, dansant le ‘kozachok’ ukrainien, chantant dans une chorale… Mon père était originaire du sud de la région de Lviv, près de Drohobych. Ma mère est de Donbass, de Volnovakha (oblast de Donetsk, aux mains des Russes depuis la guerre du 24 février). Mes grands-parents maternels travaillaient dans les mines”.

Et vous aviez déjà réalisé un travail photographique sur Tchernobyl pour Getty Images dans les années 2000 ?

“Mais en 2014, lorsque le conflit a éclaté dans les Donbass, je commençais à travailler pour le ‘New York Times’. Et, à l’époque, je n’ai pas eu le contrôle sur ce que j’aurais voulu faire. Je leur ai dit que j’avais un lien étroit avec cet endroit, mais j’étais en train de couvrir l’épidémie d’Ebola au Liberia pour le journal. J’y suis resté plus de cent jours. Je n’ai pas eu l’occasion d’aller en Ukraine”.

Maintenant oui…

“Je me remettais d’une opération du genou droit en octobre dernier. J’étais à la fin de la réhabilitation. Le 24 février (date à laquelle Poutine a lancé l’invasion de l’Ukraine), j’ai contacté mes éditeurs du ‘New York Times’ et nous avons reparlé de mes liens avec le pays. Et le 19 mars, j’ai été envoyé en Ukraine. Je suis arrivé à Kíiv et j’ai commencé à travailler avec nos reporters pour comprendre ce qui se passait dans les banlieues d’Irpin et de Boutcha. Nous avons vu comment les Ukrainiens repoussaient l’armée russe. Nos premiers reportages étaient avec les ambulanciers et les volontaires qui aidaient les gens à s’échapper de ces deux villages. Nous avons également pris contact avec des soldats des unités militaires Odin et Azov. Le 28 mars, nous sommes entrés à Irpin avec seize soldats du premier régiment”.

L’entrée dans Irpin

DANIEL BEREHULAK/NEW YORK TIMES/MAPS | Un chien errant que Berehulak a photographié à Irpin à côté d'un combattant ukrainien alors qu'ils repoussaient les derniers soldats russes le 29 mars dernier
DANIEL BEREHULAK/NEW YORK TIMES/MAPS | Un chien errant que Berehulak a photographié à Irpin à côté d’un combattant ukrainien alors qu’ils repoussaient les derniers soldats russes le 29 mars dernier

Y avait-il encore des attaques russes ? 

“Oui. Huit soldats de l’unité sont restés là pour la nuit. Et quand le reste d’entre nous partait, après dix minutes, il y a eu un échange très intense, avec des tanks de l’autre côté. Je pense qu’ils nous regardaient quand nous marchions. La bataille a duré environ 55 minutes. Le journaliste, notre agent de sécurité et moi-même étions à environ un kilomètre de là, mais nous avons tout entendu. À ce moment-là, l’unité ukrainienne a fait voler un drone pour voir où se trouvaient les autres soldats afin de les aider. Nous avons même entendu des tirs de mortier à moins de cent, deux cents mètres. Entre nous, nous marchions à une distance de trois mètres. On a senti les tirs de mortier comme s’ils étaient dans notre poitrine. Alors on a sauté pour se cacher dans un bâtiment. Nous avons attendu là pendant environ une demi-heure. C’est alors que j’ai pris la photo du petit chien qui regardait par la fenêtre, tout comme le soldat qui visait”.

Ces 55 minutes sont-elles beaucoup par rapport aux autres conflits que vous avez couverts ?

“Cela dépend… Si les soldats se sentent à l’aise pour sortir, je le suis aussi… J’ai déjà de l’expérience. Et ils se battent depuis huit ans, depuis 2014”.

À Irpin, vous n’avez toujours pas vu de corps…

“Non”.

Ce n’est qu’à partir du 30 mars, lorsque Poutine a décidé de se retirer de la zone autour de Kíiv pour se concentrer sur les Donbass et la mer Noire…

“Oui, le 30, ils ont fui de là”.

Et les premières photos de Boutcha, avec les corps sans vie, datent du 2 avril…

“Oui, le 2 avril, nous sommes entrés avec l’unité Azov”.

Quelle était la relation avec les soldats d’Azov, qui sont identifiés comme des milices d’extrême droite ?

“Ils ont cette réputation mais c’est un peu complexe. Ils ont cette réputation, mais ce n’est pas non plus très clair. Comme beaucoup de personnes ont rejoint ce bataillon, il y avait des soldats de toutes sortes et de tous les endroits. C’est aussi une désinformation que les Russes font circuler”.

Sur les photos, j’ai vu qu’il y avait aussi des Américains et des Britanniques dans ces unités. Avec Odin ?

“Oui, parmi ses seize soldats, il y avait un Britannique et trois Américains comme volontaires… Nous n’avons pas vu de Français, mais il y en a de partout”.

Exécutions et tortures

DANIEL BEREHULAK/NEW YORK TIMES/MAPS | Tatiana Petrovna, amie de la famille, découvre les corps de Serhiy, son beau-frère Roman et d'un inconnu tués par des soldats russes devant sa maison à Boutcha, au nord-ouest de Kíiv, le 4 avril dernier
DANIEL BEREHULAK/NEW YORK TIMES/MAPS | Tatiana Petrovna, amie de la famille, découvre les corps de Serhiy, son beau-frère Roman et d’un inconnu tués par des soldats russes devant sa maison à Boutcha, au nord-ouest de Kíiv, le 4 avril dernier

Pourquoi êtes-vous allé avec les soldats d’Azov à Boutcha ?

“Parce que Boutcha était fermé. Il y avait beaucoup de mines et les soldats avaient besoin de temps pour les désamorcer. Nous avons fini par entrer avec l’unité Azov pour comprendre ce qui s’était passé. Nous avons trouvé, dans un village, des gens affamés. Les Azov distribuaient de la nourriture. La scène était très choquante, voir des grands-pères, des grands-mères se battre. Ils n’avaient pas eu de pain depuis plus de trente jours. Ils ne pouvaient pas cuisiner car si de la fumée sortait, les Russes pouvaient les détecter. Et ils ne pouvaient pas non plus chauffer leurs maisons”.

Même quand ils étaient à l’intérieur ?

“Non. Les gens étaient à l’intérieur de leurs maisons, et à l’intérieur des écoles. Et, si de la fumée était visible, les Russes pourraient penser que des soldats ukrainiens s’y cachaient”.

Le journaliste du New York Times ne parlait peut-être pas ukrainien, mais vous, oui ?

“ll parle russe, je parle ukrainien. Ce jour-là, nous n’étions que tous les deux, nous n’avions pas de traducteur car nous n’avions pas le droit d’avoir plus de deux sièges dans le camion. Le journaliste pouvait communiquer avec les soldats, et moi aussi. Nous sommes restés à Boutcha pendant deux ou trois heures. Il n’y avait aucune communication téléphonique possible. Et dans le premier village où nous sommes entrés, nous avons trouvé le premier corps. Et après cent, deux cents mètres, deux autres. Dans un autre pâté de maisons, deux ou trois autres gisaient dans la rue avec des balles dans la tête. J’en ai vu cinq ou six comme ça”.

Quelle a été votre réaction et celle du journaliste ?

“C’était comme entrer dans une scène de guerre, où l’on ne sait pas ce qui s’est passé. Je pensais à ce que j’allais trouver d’autre”.

Avez-vous pris les photos directement ou vous êtes-vous arrêté pour réfléchir ?

“À ce moment-là, je me suis demandé s’il n’y avait que ces corps ou s’il y en avait d’autres. Et le 4 avril, nous sommes tombés sur une fosse, je ne sais pas, avec 150 corps de personnes que les Russes avaient tuées. Le premier jour, nous y avons passé deux ou trois heures, puis nous y sommes retournés chaque jour pour faire des interviews. Pour enquêter davantage et comprendre ce qui s’était passé. Nous avons recueilli les témoignages des survivants. C’était une horreur d’histoires”.

Les personnes à qui vous parliez étaient-elles celles qui n’avaient pas pu s’échapper ?

“Bien sûr, surtout les personnes âgées. Elles ont été témoins de nombreuses exécutions par des soldats russes qui recherchaient des personnes portant des marques, des tatouages, comme symboles du nationalisme ukrainien. Si elles avaient un tatouage ou quelque chose comme ça sur le crâne, ils les exécutaient”.

Identification future des soldats russes

DANIEL BEREHULAK/NEW YORK TIMES/MAPS | Iryna Abramova, devant les ruines de sa maison à Boutcha où elle vivait depuis 20 ans avec son mari Oleh, exécuté par l'armée russe pendant l'occupation en mars, sur une photo du 22 avril dernier
DANIEL BEREHULAK/NEW YORK TIMES/MAPS | Iryna Abramova, devant les ruines de sa maison à Boutcha où elle vivait depuis 20 ans avec son mari Oleh, exécuté par l’armée russe pendant l’occupation en mars, sur une photo du 22 avril dernier

C’est de l’extermination, n’est-ce pas ? 

“Oui, c’est un génocide. Après deux semaines, nous avons interviewé une famille dans laquelle l’armée russe avait fait irruption avec une liste de cibles, à la recherche d’un grand-père et d’une grand-mère. Ils demandaient s’ils vivaient là, les cinq personnes. Et ils nous ont raconté des histoires de torture. Ils ont coupé la jambe d’une femme devant son mari. Parce qu’ils les considéraient comme des patriotes, parce qu’ils s’étaient manifesté en faveur de la révolution de Maidan en 2014 sur Facebook. Les soldats russes recherchaient des personnes qu’ils considéraient comme un risque pour eux”.

D’où viennent ces listes ?

“Je ne les ai pas vus, mais je l’ai entendu de la bouche de personnes qui ont fui. Les soldats russes avaient des noms et des adresses, comme une liste de vingt personnes. La liste a pu être donnée par des gens qui vivaient là comme des taupes, qui soutenaient les Russes. Parce que les soldats avaient des informations où aller. Des semaines, des mois avant la guerre, ils avaient collecté ces informations”.

Il y avait donc une préparation depuis longtemps…

“De nombreux témoins nous ont dit qu’ils avaient vu des personnes étranges à Boutcha. Un ou deux jours avant, avec un accent de Donbass”.

Pensez-vous qu’il sera possible d’identifier les auteurs directs, les soldats à l’origine de ce massacre, en dehors de Poutine comme le principal responsable ? 

“Oui”.

Comment ?

“Le premier jour, un agent de sécurité m’a assuré qu’ils allaient tous les trouver. Je lui ai demandé comment ils allaient s’y prendre. En fait, les enquêteurs de guerre, qui se sont rendus sur les lieux où les soldats russes avaient leurs bases, ont trouvé des documents leur appartenant qu’ils avaient laissés là”.

Se sont-ils enfuis précipitamment lorsque Poutine a ordonné le retrait autour de Kíiv ?

“Oui, ils ont laissé des cartes de téléphone portable sur place, et donc ils peuvent être identifiés. Il y avait aussi des documents de l’armée, des passeports, des cartes d’identité. Et les enquêteurs ont un document général avec tous les noms. Et en même temps, ils suivent la trace de leurs comptes facebook et de médias sociaux. Ils peuvent découvrir à quel régiment et à quelle brigade ils appartenaient. En outre, il existe des vidéos de sécurité qui peuvent effectuer une reconnaissance faciale. Et, de cette manière, ils construisent les dossiers. Mais ils prennent leur temps pour le faire”.

Comme la police scientifique d’autres pays qui leur a proposé son aide…

“J’ai vu les enquêteurs français travailler avec les corps pour faire l’analyse médico-légale”.

Le difficile témoin des viols

Au total, combien de temps êtes-vous resté dans la région ?

“La première fois, deux mois et demi. J’y étais entre mars et juin”.

Vous y êtes retourné ?

“Oui, deux fois. Je suis revenu de là-bas il y a une semaine environ, après six semaines entre juillet et août. Et, avant cela, j’étais revenu pendant deux semaines pour le magazine ‘New Yorker’. La première et la troisième fois, c’était pour le ‘New York Times’”.

Quelle différence avez-vous constatée au cours de ces voyages par rapport au premier, et les gens se remettent-ils du traumatisme ou le garderont-ils toute leur vie ?

“Nous avons parlé à une mère dont le fils est mort et qui l’a cherché pendant trois, quatre semaines. Elle le cherchait en marchant dans les rues. Elle allait souvent à la morgue. Et finalement, elle l’a trouvé. Elle m’a dit qu’elle n’allait pas quitter Boutcha parce que son fils est déjà là-bas et que sa vie est avec lui”.

Dans l’introduction de l’exposition, vous expliquez également que de nombreuses femmes ont été violées…

“Nous avons trouvé le corps d’une femme qui avait été violée dans une cave avec des pommes de terre. Il y avait deux matelas. Et, sous les maisons, il n’y a jamais de matelas. Il y a des pommes de terre et d’autres aliments. La femme était nue, avec un manteau de fourrure sur elle et trois balles dans la tête. Elle a été tuée quand ils s’enfuyaient de là, on pense. Les enquêteurs ont trouvé des préservatifs usagés… ”.

C’est très sinistre d’imaginer ces scènes…..

“C’est le pire. Nous avons parlé à la responsable de la recherche sur les droits de l’homme à l’ONU (Matilda Bogner). Et elle nous a expliqué que les femmes qui ont été violées ne veulent toujours pas parler aux psychologues. Leur traumatisme est encore trop fort. Elles ne peuvent pas parler. Et il faudra un long moment avant qu’elles ne commencent à partager leurs histoires. On nous a également dit qu’il y avait un endroit à Boutcha où 25 femmes ont été retrouvées vivantes mais violées. Nous avons demandé s’il était possible de leur parler et ils nous ont répondu non. Elles ne veulent toujours pas parler aux enquêteurs. Elles ne veulent toujours pas parler aux chercheurs et aux psychologues”.

Quand vous allez à Boutcha, où dormez-vous ?

“A Kíiv. Nous faisions l’aller-retour tous les jours. La première fois, au début du mois d’avril, il nous a fallu une heure et demie à deux heures dans chaque sens. En tout, c’était un voyage de presque quatre heures”.

Et comment peut-on dormir la nuit après avoir photographié de telles barbaries ?

“Nous continuions d’éditer le travail, mais cela m’a beaucoup affecté. Parfois, je ne pouvais pas dormir. Parfois, je faisais des cauchemars. Comme d’autres amis journalistes et photographes travaillaient à Boutcha, nous pouvions nous parler. Sur ce que nous avons trouvé, les détails, les choses à comprendre et à traiter l’information. Et aussi pour partager des émotions à ce sujet”.

La nécessité de comprendre les conséquences

WIKIPEDIA | La nommée Bataille de Kíiv, en date du 1er avril 2022
WIKIPEDIA | La nommée Bataille de Kíiv, en date du 1er avril 2022

Comment est la vie là-bas maintenant, les quelques fois où vous y êtes allés, y a-t-il quelque chose qui ressemble à une vie normale, ou les gens ont peur que cela se reproduise, que des missiles soient tirés sur eux ?

“La dernière fois, nous sommes restés à Boutcha pendant cinq ou six semaines et la ville a beaucoup changé. Tout est vert, les rues sont propres et bien rangées. Tous les magasins ont rouvert. C’est presque une vie normale. Les gens sont très forts. Ils se souviennent de ce qui s’est passé, ils en sont conscients, mais ils poursuivent leur vie quotidienne. Les Ukrainiens ont une résilience particulière. Notre histoire avec la Russie remonte à plusieurs siècles. Même si nous ne nous sommes pas toujours battus contre les Russes, nous avons toujours protégé le territoire. Nous avons survécu et nous allons continuer nos vies. Nous allons vivre”.

Je voulais vous interroger sur l’information, je ne sais pas si elle vient de vous ou de vos collègues du New York Times, telle qu’expliquée par le directeur de Visa pour l’Image, Jean-François Leroy, dans l’éditorial de cette édition, selon laquelle il y a aussi des preuves journalistiques d’exécutions de prisonniers russes par des soldats ukrainiens ?

“Nous avons entendu parler de cas, mais je n’en connais aucun de précis”.

Vous n’avez pas travaillé dessus ?

“Non, mais j’en ai entendu parler. Je pense que c’est un journaliste du journal, Thomas Guibbons-Neff, qui a trouvé cette information”.

Et maintenant, allez-vous continuer à vous rendre en Ukraine ?

“Oui, je serai de retour en octobre et novembre”.

Vous travaillez en Ukraine pour le New York Times et le New Yorker, mais pour vous j’imagine que c’est un projet qui va au-delà, que vous voulez continuer à développer. Vous n’allez pas le quitter pour faire la couverture d’une autre guerre ou un autre conflit ? 

“Non, j’ai discuté avec mes rédacteurs au ‘New York Times’ et nous avons convenu que je vais continuer à être en charge de ce sujet. J’ai mes relations en Ukraine et je veux y travailler davantage. Je ne vais pas quitter cette histoire. Je veux continuer à faire de la recherche. Je veux comprendre les raisons de cette génération, quelle est leur situation psychologique et quel effet cela aura sur eux. Sur la jeune génération, mais aussi sur la génération plus âgée. Ma mère a beaucoup souffert. Je me souviens lorsque j’étais enfant que, quand elle entendait le bruit des bombes en regardant des films sur la Seconde Guerre mondiale, l’image lui venait de devoir s’enfuir de chez elle en pleurant. Elle a dû partir avec sa famille quand elle avait cinq ans. Ces deux, trois générations avant avaient déjà souffert de tout cela. Et maintenant, je me demande quel effet cela aura sur les nouvelles générations”.

Aussi difficile que ce soit de répondre, comment pensez-vous que cette guerre va se terminer ?

“Je ne sais pas (il réfléchit un instant)… Ça pourrait se terminer par des bombes nucléaires (il continue à réfléchir)… Ça pourrait arriver, je ne serais pas très surpris. Nous verrons si Poutine utilise ces armes. Tant qu’il y aura du sang dans son corps, il continuera la guerre. Je pense qu’il cherche à laisser quelque chose en mémoire car il est proche de la mort”.

Cette rumeur selon laquelle il est malade, vous pensez que c’est vrai ?

“Je crois qu’il pense à son héritage. C’est comme s’il voulait terminer sa vie en donnant l’impression d’avoir été le plus grand dirigeant de l’État russe”.

Il est fou… ”.

“Bien sûr, ce qui se passe maintenant n’a aucun sens ! C’est 2022 !”.

Il est donc prêt à aller jusqu’à l’extrême, quelles qu’en soient les conséquences… Les armes nucléaires sont une grosse affaire…

“Ou même s’il ne les utilise pas directement, il peut faire croire qu’il y a eu un accident avec les réacteurs nucléaires de Zaporijia”.

Un mariage au Mexique entre deux missions

DANIEL BEREHULAK/NEW YORK TIMES | Photo du cercueil du journaliste Pedro Tamayo Rosas, assassiné devant sa maison en juillet 2016 à Tierra Blanca, dans l'État mexicain de Veracruz, dans le cadre du reportage Il est facile de tuer un journaliste
DANIEL BEREHULAK/NEW YORK TIMES | Photo du cercueil du journaliste Pedro Tamayo Rosas, assassiné devant sa maison en juillet 2016 à Tierra Blanca, dans l’État mexicain de Veracruz, dans le cadre du reportage Il est facile de tuer un journaliste

Avec votre maison à Mexico, faites-vous des allers-retours entre là-bas et Kíiv à chaque fois ?

“Oui, je vais de Mexico à Francfort, et de Francfort à la Pologne. Et de là à Kíiv en train”.

Depuis combien de temps vivez-vous à Mexico ?

“Cinq ou six ans”.

Et comment avez-vous atterri là-bas ?

“En 2004, j’ai pris une sorte d’année sabbatique pour voyager seul autour du monde. Je suis allé en Espagne. J’ai adoré. Puis je suis allée à New York et, après avoir parlé à mes amis, je leur ai dit que je voulais apprendre l’espagnol. Ils m’ont dit d’aller au Guatemala. J’ai pris un avion avec cette intention pour Mexico, mais je ne suis jamais arrivé au Guatemala. Pendant trois mois, j’ai appris l’espagnol dans une université de Guadalajara. Plus tard, j’ai recommencé à travailler pour l’agence Getty, d’abord quatre ans à Londres, puis sept ans à New Delhi. Entre-temps, j’ai vécu à Barcelone pendant un an. Et après mon travail pour Getty, un journaliste du ‘New York Times’ à Kaboul avec qui je me suis lié d’amitié m’a dit qu’il allait travailler à Mexico et qu’il avait une grande maison à Mexico. Parce que le précédent chef de la délégation avait cinq enfants. Et il m’a proposé de partager la maison avec lui. J’y suis resté pendant quatre ou cinq ans. Et cette même année, j’ai épousé une Mexicaine trois jours avant de partir en Ukraine”.

Votre femme doit avoir beaucoup de patience…

“C’est une historienne. Nous avons beaucoup parlé de tout cela, et de l’importance du journalisme, de l’importance de la photographie. Vous savez que c’est elle qui m’a poussé hors de la maison et m’a dit que je devais aller en Ukraine ? Elle m’a dit que l’Ukraine était importante pour moi : ‘Tu dois aller en Ukraine, s’est-elle exclamée !’ (grand rire)”.

Depuis le Mexique, vous couvrez également la guerre des cartels sur le plan photographique, n’est-ce pas ?

“Oui, quand la guerre a commencé en Ukraine, je travaillais dans le Michoacán, sur la question des cartels et du contrôle qu’ils exercent sur la production d’avocats. Ils vendent également des drogues aux personnes qui cultivent les avocatiers. Et comme leurs affaires ont changé ! Les cartels se mêlent de tout, ils prennent l’argent des agriculteurs. Pour chaque entreprise, ils demandent de l’argent et ils le contrôlent. Et le président AMLO (Andrés Manuel López Obrador) est obligé de choisir un cartel”.

Comme, à l’époque, l’historique PRI (Parti révolutionnaire institutionnel) …..

“Et il a choisi le cartel de Sinaloa. Ce sont les rumeurs, en ce moment, parmi les journalistes au Mexique. Et vous pouvez le vérifier car AMLO envoie l’armée contre le cartel de Jalisco Nouvelle Génération. Et il ne combat pas les autres. Ce cartel perd des territoires, alors que les autres en gagnent. C’est pourquoi il y a un tel niveau de violence en ce moment. Il y a deux ou trois semaines, à Tijuana, à Ciudad Juarez et dans d’autres endroits plus petits, de nombreuses personnes ont été tuées. Et c’est la faute de cette guerre dans laquelle AMLO a pris parti.

C’est pourquoi j’ai appelé ma fiancée Alexa et lui ai dit que nous devions nous marier, car je savais que la vie est précieuse et que nous n’avions pas de temps à perdre. Je savais que j’allais en Ukraine. Je ne savais pas exactement quand, mais très bientôt. Nous étions fiancés lorsque la pandémie du covid a commencé il y a trois ans, et nous avons eu tout le temps de parler de tout. Et quand j’étais à Michoacán, je l’ai appelée pour la demander en mariage”.

En mars ?

“Oui, nous nous sommes mariés un mardi et je suis parti en Ukraine le samedi suivant. Mais quand nous nous sommes mariés, je ne savais pas encore le jour exact où j’allais partir. J’attendais un peu plus de temps pour profiter de la lune de miel !”.

 

VICENÇ BATALLA | Les photojournalistes ukrainiens Evgeniy Maloletka (lauréat du Visa d'or News 2022) et Mstyslav Chernov présentent à Perpignan leur reportage sur les vingt premiers jours du siège russe de Mariupol. Sur la photo, des soldats portent une femme blessée par les bombardements aériens du 9 mars dans la maternité, qui finira par mourir avec son enfant à naître
VICENÇ BATALLA | Les photojournalistes ukrainiens Evgeniy Maloletka (lauréat du Visa d’or News 2022) et Mstyslav Chernov présentent à Perpignan leur reportage sur les vingt premiers jours du siège russe de Mariupol. Sur la photo, des soldats portent une femme blessée par les bombardements aériens du 9 mars dans la maternité, qui finira par mourir avec son enfant à naître

 

Vues : 58