Clara Roquet : “Il est très important de s’interroger sur l’héritage familial de Nora au cours de cet été”

VICENÇ BATALLA | La cinéaste catalane Clara Roquet, sur une plage de Canes pendant la promotion de <em>Libertad</em>, à la Semaine de la Critique
VICENÇ BATALLA | La cinéaste catalane Clara Roquet, sur une plage de Canes pendant la promotion de Libertad, à la Semaine de la Critique

VICENÇ BATALLA. Le premier long-métrage de la catalane Clara Roquet, Libertad, a dû être présenté sans elle à la Semaine de la critique du dernier Festival de Cannes car elle était en quarantaine à Barcelone pour avoir été testée positive au Covid. Pour cette raison, elle a enregistré une vidéo pour les spectateurs comme alternative. Heureusement, après quelques jours, elle a pu se rendre sur la Côte d’Azur, asymptomatique comme elle l’a été pratiquement du virus, afin de promouvoir le film.

À 32 ans, Roquet fait ses débuts dans le long-métrage après avoir réalisé deux courts métrages, El adiós (L’Adieu, 2015 ; Épi d’or à Malaga et un prix Gaudí de l’Académie catalane) et Las bones nenes (Les bonnes filles ; 2017). Mais, dans sa carrière, elle a également participé aux scénarios de 10 000 Km. (2014) et Els dies que vindran (Les Jours qui suivront, inédit en France ; 2019), de Carlos Marqués-Marcet, et Petra (2018), de Jaime Rosales. Une carte de présentation qui lui a permis de s’aventurer dans ce projet plus ambitieux derrière la caméra sur l’histoire de deux adolescentes d’origines différentes, l’une catalane fille de bonne famille (Nora/Maria Morera) et l’autre colombienne fille de la fille (Nicolle García/Libertad).

Dans la critique que nous avons faite pendant le festival, nous avons souligné certains aspects du film, mais aussi d’autres qui nous ont moins plu. Le fait que nous ayons pu parler directement avec la réalisatrice à Cannes nous a donné la possibilité de contraster toutes ces questions. En dehors du Palais des Festivals, car la Semaine de la critique est une section extérieure, et sur l’une des plages glamour de la Croisette, une Roquet souriante nous a expliqué comment s’est déroulée cette curieuse présentation en deux parties et quel regard elle portait sur son long-métrage.

Quelle a été votre impression sur les réactions au film, d’abord depuis Barcelone et, maintenant, ici à Cannes ?

“C’était très étrange parce que pendant la première, j’étais chez moi, seule, et de temps en temps, j’étais connectée par FaceTime. Et tout d’un coup, j’entendais des cris et des applaudissements. Mais ensuite, ils fermaient et je restais seule chez moi… Ça été une journée très excitante, car cela faisait longtemps que nous avons fait ce film. C’était l’année dernière, et nous avons dû le garder à cause de la pandémie.

Est-ce que vous l’aviez déjà monté ?

“Eh bien, nous l’avons terminé sans nous précipiter car nous savions que nous ne le sortirons pas avant cette année. Mais cela faisait longtemps que je voulais partager ce film avec le public, et le fait que je ne puisse pas être là était très triste. Quoi qu’il en soit, maintenant que je suis arrivé, que je vois qu’il a une vie propre et que les gens l’ont vraiment apprécié, tout cela est derrière moi. Heureusement, les choses sont oubliées.

Cela signifie-t-il que tous les nuages qui auraient pu être là ont disparu ?

“La tristesse s’est envolée tout de suite, notamment parce que l’accueil du film a été très bon. Et c’est fantastique de réaliser que le film se suffit à lui-même. C’est le film qui doit venir au festival, pas moi. Il aurait été très agréable d’être là le premier jour, mais pour lui ce n’était pas nécessaire. Il s’est très bien débrouillé sans moi.

La confrontation entre deux adolescentes de quinze ans

ARCHIVE | Maria Morera, qui joue le personnage de Nora, et Nicolle García, qui joue le personnage de Libertad, sur un bateau sur la côte catalane dans le film de Clara Roquet
ARCHIVE | Maria Morera, qui joue le personnage de Nora, et Nicolle García, qui joue le personnage de Libertad, sur un bateau sur la côte catalane dans le film de Clara Roquet

Et pour parler directement du film, pourquoi avez-vous voulu que son point de vue soit celui de deux jeunes filles de quinze ans ?

“Pour moi, il y a quelque chose de très puissant dans l’adolescence, qui est le moment de la création de sa propre identité. Et une partie de cette création est la création d’une identité de classe. C’est un moment de grande intensité, où toutes les émotions sont amplifiées. Et où vous rompez avec l’identité qui vous a été donnée par votre famille et en créez une nouvelle. Il est très important de s’interroger sur tout cet héritage familial que Nora a tout au long de cet été, et tout au long de ses quinze ans. C’est le moment où elle est à la recherche de sa propre identité, et tout événement et toute expérience sont magnifiés. Le film, d’une certaine manière, se demande comment l’été de Nora avec Libertad finira par définir cette fille dans le futur”.

Pourquoi avoir choisi, précisément, une mère colombienne qui joue le rôle d’une servante et qui amène sa fille ici le même été ? Pourquoi avoir choisi cette identité sud-américaine ?

“Mon premier court-métrage, ‘El adiós’, racontait l’histoire d’une aide-soignante bolivienne le jour de la mort de la dame dont elle s’occupait. Et la famille la met un peu à côté du deuil. À cette époque, j’ai cherché des femmes pour travailler comme soignantes en Catalogne. Et, presque toutes étaient colombiennes, boliviennes ou équatoriennes. En particulier, je suis tombé sur l’histoire d’une femme colombienne qui m’a frappé. Parce qu’elle a parlé du fait qu’elle avait laissé sa fille derrière elle et que celle-ci ne la reconnaissait plus. Et il y a quelque chose en Colombie, aussi à cause de son cinéma, parce que j’y suis allé plusieurs fois, qui attiré mon attention. C’est pourquoi j’ai décidé que dans mon long-métrage elles seraient colombiennes”.

À un moment donné, si je me souviens bien, il est question de la ville de Cali, sur la côte Pacifique. On m’a dit que vous avez fait venir spécialement les deux actrices de Colombie.

“Oui, Nicolle (la fille) et Carol (la mère).

Avez-vous fait un casting en Colombie ?

“Oui, car pour moi, il était très important que Nicolle García vienne du même endroit que le personnage de Libertad et qu’elle ait vécu des expériences similaires. Comme il ne s’agissait pas d’une histoire que je connaissais aussi intimement, il était important qu’elle m’apporte ces connaissances et que nous puissions construire le personnage ensemble. Et la même chose s’est produite avec Carol Hurtado, qui est une actrice professionnelle. Pas Nicolle. Nous l’avons rencontrée lors d’un casting de rue, en train de patiner dans la rue, à Medellín. C’est Carol qui est de Cali. En fait, Nicolle est originaire à mi-chemin de Medellín et Cali. Mais il nous a semblé que, en raison de leur accent et de leurs expériences, il était plus logique de les placer tous deux à Cali”.

Heureusement, vous avez pu tourner avant la pandémie. Maintenant, où sont-elles toutes les deux ?

“Nicolle est maintenant à Medellín, sur le point d’entrer à l’université. Et elle n’étudiera pas le théâtre. Elle m’a dit que c’était une très belle expérience pour elle, mais qu’elle ne voulait pas être actrice”.

Dommage, parce qu’elle agit très naturellement.

“En fait, maintenant elle semble le manquer. Mais, au début, elle m’a dit qu’elle ne voulait pas. Et Carol est une actrice et une chanteuse. Elle a un groupe bien connu en Colombie, Haga Que Pase. Et elle travaille avec sa bande, à Cali. Ils ont fait une tournée en Europe. Et elle est très impliquée dans les questions sociales. C’est quelqu’un qui a beaucoup de conscience”.

Les différences de classe avec les immigrants et avec les natives

ARCHIVE | Nora Navas, dans le rôle de la mère de Nora, et Carol Hurtado, dans le rôle de Carol en servante, à <em>Libertad</em>
ARCHIVE | Nora Navas, dans le rôle de la mère de Nora, et Carol Hurtado, dans le rôle de Carol en servante, à Libertad

Et Maria Morera, dans le rôle de la catalane Nora, pourquoi avez-vous décidé de l’engager ?

“Maria a fait ‘La vida sin Sara Amat’ (La Vie sans Sara Amat, inédit en France ; 2019), de Laura Jou, et Laura me l’a chaudement recommandé. Pour moi, Maria est une interprète très douée. Elle n’a que quinze ans, bon maintenant elle en a dix-sept. Mais à l’époque, à l’âge de quinze ans, elle avait une maturité émotionnelle très rare pour une si jeune fille. Je l’ai rencontrée au casting et, même si je continuais à regarder d’autres filles, je revenais toujours à Maria”.

Et, d’autre part, les personnages adultes sont plutôt antipathiques. Votre point de vue est le moment de la construction de la personnalité, où on est beaucoup plus ouvert. À l’actrice Nora Navas, comme mère, vous ne lui donnez pas un rôle très agréable à jouer. Le rôle de Vicky Peña, en tant que grand-mère, est peut-être plus ouvert dans le sens où elle perd la mémoire et se laisse aller à nouveau. En fait, les adultes sont mis au second plan…

“Oui, pour moi, il était très important de me concentrer sur ces filles. Il est important que les films aient un objectif très clair. Les autres personnages sont également très bien développés, chacun ayant sa propre histoire, mais ils devaient rester davantage en dehors du champ. Je trouve le personnage d’Àngela, la grand-mère, très intéressant car je pense, qu’avec la perte de mémoire, il y a une perte d’identité de classe. C’est ce qui fait qu’elle se sent très à plat et proche de Libertad et de sa mère. Elle n’a pas cette chose de classe que Teresa, sa mère, a tellement”.

Ce que j’ai écrit comme critique, c’est qu’il y a aussi des différences de classe entre les catalans, et entre les espagnols. Tout le monde ne dispose pas d’une résidence secondaire, avec service. Cette différence apparaît plutôt avec le père et le fils qui s’occupent du bateau familial, et ils sont socialement en-dessous. Mais en Colombie, comme dans toute l’Amérique du Sud, l’inégalité des classe peut être encore plus prononcée…

“Je voulais que le film explore également la différence de classe au sein d’un même pays. Avec Manuel et Manolo, le fils et le père qui dirigent le bateau, ils ont aussi cette relation de classe avec la famille. En fait, Nora la fille leur dit à la fin qu’ils sont aussi comme une famille. Et ils ne le sont pas ! Ce n’est pas seulement ceux qui viennent de l’extérieur”.

Les localisations du film, si je ne me trompe pas, se sont fait à Blanes, Lloret de Mar, mais aussi à Sitges et Vilanova i la Geltrú…

“C’est dans le port du Garraf (Sitges, au sud de Barcelone) que se déroule l’action du bateau”.

Et la maison, elle est dans le Maresme (nord de Barcelone) ?

“C’est à Llavaneres, exactement”.

Peut-être que ce sont des endroits que vous connaissiez déjà avant…

“J’ai toujours passé mes étés à Lloret de Mar, et à Blanes… Ma famille avait une maison où plusieurs générations se réunissaient. C’était très amusant, et ces étés étaient très spéciaux. Cet héritage est très présent dans le film”.

Les langues du film

ARCHIVE | Les personnages de la catalane Nora (Maria Morera) et de la colombienne Libertad (Nicolle García) pendant l'été de leurs quinze ans
ARCHIVE | Les personnages de la catalane Nora (Maria Morera) et de la colombienne Libertad (Nicolle García) pendant l’été de leurs quinze ans

Je suis obligé de vous demander, sachant quels sont les lieux et dans un pays comme la Catalogne où l’on parle indifféremment le catalan, l’espagnol, et d’autres langues, comment il se fait qu’aucun mot ne soit prononcé en catalan ? Est-ce une question de financement ?

“À l’époque, c’était une question de financement. C’était une décision de la production. Aujourd’hui, il y a beaucoup plus de soutien pour les films en langue catalane, mais pas à l’époque. Bien que, par définition, le film devait être à quatre-vingt pour cent en espagnol, car elles sont colombiennes et parlent espagnol. Le fait d’y introduire qu’un vingt pour cent de catalan ne nous aurait donné aucun avantage, parce que cela aurait entraîné des coûts importants, car nous aurions dû doubler le film en permanence. J’ai essayé de faire entendre le catalan dans le village. Ce qui s’est passé, c’est qu’on ne l’entend pas beaucoup. Je voulais aussi beaucoup de diversité dans le casting des garçons. Il y a Moha, qui est marocain. Il y a le personnage de Peque, qui est un gitan. Je voulais refléter différentes identités. C’est comme cela que ça s’est passé, et maintenant j’aurais aimé qu’il y ait un peu plus de catalan, même si c’était dans l’atmosphère. J’aimerais vraiment faire des films en catalan, mais c’est comme ça. J’espère que personne ne le prendra mal”.

Il y a une autre question, qui est que la bourgeoisie catalane, ou la classe moyenne, parle généralement catalan et, lorsqu’elle s’adresse à quelqu’un qui vient de l’extérieur, elle passe à l’espagnol. C’est aussi une autre façon d’expliquer une différence de classe en changeant la langue…

“Il y a beaucoup de familles catalanes qui sont hispanophones. Dans un certain statut social, il est assez fréquent que ce soit le cas. En ce qui concerne la langue du film, je l’ai envisagée de manière très fonctionnelle et je ne lui ai peut-être pas accordé l’importance qu’elle mérite. Et maintenant, je pense que cela aurait été mieux s’il y avait eu plus de variété. Mais, à l’époque, c’était une décision de production”.

Jaime Rosales a présenté son dernier film Petra, auquel vous avez participé au scénario, à Cannes à la Quinzaine des réalisateurs il y a trois ans. En quoi ce travail de scénariste, également avec Carlos Marqués-Marcet, vous a-t-il servi d’expérience pour ce premier long-métrage ?

“J’ai beaucoup appris de Carlos et de Jaime, ainsi que de tous les réalisateurs avec lesquels j’ai travaillé. Et une chose très importante que j’ai apprise, c’est que les films doivent être traversés d’un seul point de vue. Il doit y avoir un point de vue. C’est pourquoi, lorsque j’écris, je m’efforce de mimétiser le point de vue du réalisateur. Que tout ce que je fasse soit au service de ce regard. Ces deux-là, et les autres, m’ont appris à être très rigoureuse dans ce sens”.

Je ne sais pas si vous avez déjà d’autres projets, mais le fait d’être ici, à Cannes, vous donne une dimension pour pouvoir voir grand. Comment vous voyez-vous le lendemain, avec tous les conditionnements économiques que la pandémie implique aussi ? Malgré le fait que vous devrez peut-être prolonger la promotion pour la sortie de Libertad en France (en Espagne, il sort le 19 novembre).

“Maintenant, on m’a dit qu’il sortira en France au début de l’année prochaine. La vérité est que je suis très heureuse de la façon dont le film a été reçu. J’ai une idée que j’aimerais écrire, et être au Festival de Cannes m’aidera certainement à la financer. Mais, en ce moment, je suis très concentrée sur le retour à l’écriture de scénarios. Je suis en train d’écrire un scénario avec Marqués-Marcet, qui sera le troisième qu’on fasse ensemble, et un autre avec Elena Martín, également de Barcelone, qui seront réalisés par eux. Je voulais vraiment revenir aux scénarios. Et, en ce moment, je suis très concentrée sur ce sujet”.

* Toutes les chroniques du Festival de Cannes 2021

Vues : 37