Elena López Riera : “Je voulais que mon héroïne réécrive l’histoire”

VICENÇ BATALLA | La cinéaste Elena López Riera, originaire d'Alicante, sur la plage de la Quinzaine des réalisateurs de Cannes, où elle présentait son premier long métrage El Agua
VICENÇ BATALLA | La cinéaste Elena López Riera, originaire d’Alicante, sur la plage de la Quinzaine des réalisateurs de Cannes, où elle présentait son premier long métrage El Agua

VICENÇ BATALLA. Elle a fait une rentrée remarquable dans le circuit du cinéma français car, en fait, elle vit en France depuis des années. L’Espagnole Elena López Riera, en plus de travailler sur son projet à la résidence de la Cinéfondation à Cannes, a bénéficié à cette occasion de l’aide sur le scénario du critique Philippe Azoury, qui apparaît également à l’écran. Originaire d’Orihuela (Alicante), López Riera a obtenu un très bon accueil au Festival de Cannes 2022 avec son premier long métrage de fiction El Agua (L’Eau), réalisé dans sa région d’origine, et présenté dans la section parallèle de la Quinzaine des réalisateurs (sortie en salles françaises le 1 mars 2023).

Sa transition, à l’âge de quarante ans, du documentaire à la fiction est donc réussie. Même si, depuis 2015, elle avait déjà réalisé trois courts métrages : Pueblo, qui était à la Quinzaine cette année-là ;  Las vísceras, présenté au Festival de Locarno en 2016 ; et Los que desean, qui a fini par remporter le Pardino d’or au même festival en 2018. El Agua n’est pas non plus exempt d’extraits documentaires, sur la dernière crue de 1987 à Orihuela et avec des témoignages féminins qui expliquent la légende selon laquelle le torrent emporte à chaque fois une femme et qui sert à López Riera pour construire sa fiction avec un groupe d’adolescentes locales, parmi lesquels se distingue Ana (Luna Pamies), dix-sept ans, qui sera aussi emportée par le débit de la rivière. Le mois de mai, nous étions les derniers de la série d’entretiens et il ne restait que dix minutes, mais nous les avons bien profité au bord de la mer cannoise.

Ça doit rendre heureux de pouvoir présenter El Agua ici, à la Quinzaine des réalisateurs, après un processus de cinq ans.

“Je suis heureuse d’être ici, surtout pour l’équipe. Parce que le film a été fait de manière très artisanale, avec un tout petit groupe dans le village, et tout à coup nous sommes ici à Cannes. C’est très agréable que quelqu’un puisse l’apprécier depuis un autre pays. Satisfaite est, peut-être, un bien grand mot. Je suis très autocritique, je ne suis jamais satisfaite. Je ne vois que les erreurs. Mais c’est aussi une bonne chose que les films aient une vie et qu’ils ne nous appartiennent plus”.

Et cela doit aussi aider d’avoir co-écrit le scénario avec Philippe Azoury et d’avoir été ici avant à la résidence de la Cinéfondation…

“Je vis à Paris depuis de nombreuses années et ma relation avec la France est importante. C’était aussi important de collaborer avec Philippe Azoury et de pouvoir regarder mon village de l’extérieur. Cela vous donne une distance intéressante. Car si vous ne racontez les choses que de l’intérieur, vous n’avez pas cette distance nécessaire”.

De manière plus objective, si on peut utiliser ce mot ?

“Quand je fais des documentaires ou des courts métrages, sur quoi j’insiste c’est que celle-ci est ma vision de la réalité, et non la réalité ! Parce que je ne pense pas non plus qu’il y ait une vision objective. Ce qui permet d’être à l’extérieur, c’est formuler la subjectivité un peu dans un sens”.

Pour la rendre plus universelle ?

“Cela ne dépend pas uniquement de mon regard. Il y a des mécanismes, il y a des choses qui font que l’on voit différemment. Je le sais parce que quand les spectateurs voient les films et viennent vous parler, ils vous disent que c’est pareil dans leur village : ‘Putain, vous êtes norvégien !’. Il doit y avoir quelque chose dans l’organisation de la société, les sentiments, les émotions, qui nous échappent et qui vont bien au-delà de ce que nous vivons chez nous”.

Casting à Vega Baja del Segura

Le problème des inondations, par exemple, est aussi habituel dans d’autres endroits de la côte méditerranéenne. En tout cas, tu t’es évidemment appuyé sur les habitants des villages de la Vega Baja del Segura (la comarque d’Orihuela). Comment s’est déroulée la recherche de ces actrices et acteurs amateurs ?

“Le casting a été assez long, mais il était très clair pour moi que j’allais travailler avec des personnes locales. C’était très agréable de rencontrer ces gens qui vivent sur place. C’était un processus long mais intéressant de documentation humaine de la région”.

Et les témoignages des personnes réelles qui expliquent la légende de l’eau qui emporte à chaque fois une femme avec elle, l’avez-tu préparé auparavant ?

“Je l’ai fait plus tard, en fait. Mais l’une d’entre elles qui parle est ma mère et je la connais très bien, car c’est ainsi que l’histoire m’a été transmise. C’était mon petit hommage à ces femmes”.

VICENÇ BATALLA | Elena López Riera et l'actrice de El agua, Luna Pamies, lors de la présentation à la Quinzaine des réalisateurs de Cannes
VICENÇ BATALLA | Elena López Riera et l’actrice de El agua, Luna Pamies, lors de la présentation à la Quinzaine des réalisateurs de Cannes

As-tu eu du mal à trouver Luna Pamies pour le personnage principal ?

“Non, je l’ai trouvée la première semaine. Mais elle a tout simplement disparu. Et puis il m’a fallu un an pour la retrouver”.

Elle a disparu comme de l’eau !

“Oui, elle a disparu comme de l’eau parce qu’elle est comme ça, comme le personnage, un peu fantomatique. Mais ça a été le coup de foudre”.

Je suppose que lorsque tu l’as retrouvée, tu t’es dit : maintenant on peut faire le film !

“Et maintenant, je ne te laisserai pas partir !” (rires)

Qu’est-ce qu’elle avait que les autres n’avaient pas ?

“Eh bien, c’est comme expliquer pourquoi on tombe amoureux d’une personne et pas d’une autre. Qu’est-ce qu’elle a que je n’ai pas ? Je n’en sais rien. Il doit y avoir une alchimie entre elle et moi”.

La légende du déluge qui emporte les femmes, tu la connais depuis longtemps ?

“Depuis que je suis enfant, parce que ma grand-mère me la racontait toujours”.

Pourquoi est-ce toujours le corps des femmes qui est à blâmer ?

Ce qui est unique dans ce film, c’est qu’il raconte un thème vieux de plusieurs siècles, mais du point de vue féminin. Et, avec cette légende, toutes les métaphores possibles peuvent être évoquées : les femmes sont des protagonistes pour le meilleur et pour le pire ; la rivière ne tombe pas amoureuse des hommes…

“Pourquoi le corps des femmes est-il toujours mis en cause, et que c’est le désir des femmes, leur liberté, leur capacité à sortir, à faire face aux choses qui doivent être contrôlées ? La responsabilité qu’elles ont pour tout ce qui se passe, pourquoi ?”

Et ça rend les hommes très jaloux…

“Eh bien, ça leur évite aussi beaucoup d’ennuis”. (rires encore)

Ça veut dire que, malgré tout, les femmes peuvent choisir. C’est un peu comme la fin du film….

“Je veux, au moins, que mon héroïne choisisse. Je veux que mon héroïne choisisse de réécrire l’histoire”.

J’ai dit du film qu’il n’est pas parfait, mais qu’il est émouvant. Cela ouvre beaucoup de portes que, peut-être, tu développeras dans le futur.

“Je ne suis pas vraiment intéressé par le fait de fermer des portes non plus (il continue à rire). J’espère que le film est imparfait, parce que je n’aime pas les choses parfaites. Je suis assez méfiante. Ce qui m’intéressait, c’était d’ouvrir des portes et d’avoir plusieurs couches, parce que la vie a plusieurs couches. C’est ce qui me fait avancer, et ce qui m’intéresse dans la réalisation de films”.

Par exemple, avec les personnages masculins, aurais-tu pu aller dans une autre direction ?

“Je voulais me concentrer davantage sur les femmes. Il y a toujours de nombreux films possibles, mais c’est celui que j’ai choisi de faire”.

Images réelles et fictives

ARCHIVE | Luna Pamies, dans le rôle principal d'Ana dans El Agua, filmé dans la région de Vega Baja del Segura
ARCHIVE | Luna Pamies, dans le rôle principal d’Ana dans El Agua, filmé dans la région de Vega Baja del Segura

Quelqu’un qui l’a vu m’a dit qu’il était un peu étrange que l’actrice Bárbara Lennie apparaisse dans le rôle de la mère car elle n’a pas l’accent d’Orihuela, pas plus que la grand-mère aussi actrice Nieve de Medina… Serait-ce une imperfection ?

“Si on commence à chercher des imperfections, il y en a des milliers. Et je ne vais pas commencer à les chercher maintenant. Les gens qui font cette critique n’ont peut-être pas la sensibilité d’écouter d’autres accents. Mais, dans un même lieu, il y a aussi beaucoup de nuances. Et, entre les filles qui apparaissent, c’est pareil. Je pense que ce type de critique est un peu pernicieux car on accuse ces actrices parce qu’elles sont professionnelles”.

Le fait que ce soit un film dans lequel tout le monde vient de là-bas et sont des amateurs et, en même temps, il y a ces deux actrices connues est un peu un contraste…

(rires à nouveau) “C’est bien que les films aient une vie, et qu’il y ait des gens qui les aiment et d’autres qui ne les aiment pas. C’est pour ça qu’ils sont là, pour qu’ils ne m’appartiennent pas. Je n’ai pas à le défendre, le film se défend par soi-même. Et vous devez l’accepter, parce que c’est le jeu. Je pense que tout ce que j’avais à dire, je l’ai dit dans le film”.

Dans quelle mesure le fait d’avoir réalisé des documentaires auparavant t’a-t-il été utile pour ce premier long métrage de fiction ?

“Cela m’a façonné. Oui, je viens de là et je le revendique. C’est une pratique qui m’intéresse beaucoup, et que j’espère continuer à faire”.

A aucun moment tu n’as eu peur d’insérer des images et des témoignages réels dans la fiction ?

“Aucune crainte, non. On ne sait jamais s’ils vont fonctionner. Et la preuve, c’est qu’un film qu’une personne aime beaucoup, une autre personne le déteste. Et c’est le même film. Cela montre qu’il n’y a pas de solution unique. Vous devez faire ce que vous pensez être le mieux pour votre projet à ce moment-là. Et puis vous devez vivre avec ceux qui aiment et ceux qui n’aiment pas”.

Quand penses-tu qu’ils pourront le voir à l’endroit où il a été réalisé ?

“J’espère très bientôt, lorsque le Festival de Cannes sera terminé”.

La musique, par exemple de Bad Gyal (chanteuse catalane de trap et dance-hall), a été choisie par les actrices et les acteurs eux-mêmes ?

“Je suis assez fan de Bad Gyal, moi aussi. Mais c’était un goût partagé”. (rire complice)

Dans la présentation du film, tu as parlé de La Zowi, Albany…

“Oui, je suis un super fan d’Albany (une autre chanteuse du même style mi andalouse mi catalane)”.

Et, dans ce sens, quelle part d’improvisation y avait-il de leur côté ?

“Il y avait beaucoup d’improvisation pendant la préparation, car le scénario était en ‘work in progress’. Il se nourrissait de leurs propres conversations, de leurs désirs, de leurs craintes. Je pense qu’il y avait une marge assez équilibrée d’écriture et d’improvisation”.

Et vous avez passé un bon moment…

“C’est vrai, on a pas passé un bon moment. Alors s’il y a des gens qui disent qu’ils n’aiment pas le film, qu’ils nous damnent !” (rire final)

* Toutes les chroniques du Festival de Cannes 2022

 

Visits: 70