Le premier ‘Lupin’ en catalan, en attendant les ‘Amis du roman populaire’

ARCHIVE | La couverture d'Arsène Lupin contre Herlock Sholmès, le premier livre de Maurice Leblanc traduit en catalan et publié par Edicions de 1984
ARCHIVE | La couverture d’Arsène Lupin contre Herlock Sholmès, le premier livre de Maurice Leblanc traduit en catalan et publié par Edicions de 1984

SANTI PALOS. Le succès de la série télévisée Lupin a conduit à la première traduction en catalan du recueil de romans (18), récits (34) et pièces de théâtre (5) que le Français Maurice Leblanc a écrit, entre 1907 et 1941, avec le personnage de ce seigneur-voleur qui a inspiré, en le modernisant, la récente production Netflix. Cette première traduction est Arsène Lupin contra Herlock Sholmès (Edicions de 1984). C’est le deuxième des livres de l’auteur (il réunit deux histoires) et il est vraisemblablement choisi pour l’accroche de la confrontation avec ce qui était alors le plus célèbre détective de fiction (dont Leblanc a déformé le nom pour se préserver des poursuites de son créateur, Arthur Conan Doyle).

Le retour inattendu d’Arsenio Lupin (tel que nous l’avions connu en espagnol, certains d’entre nous, dans les années 1970, dans ces livres Tusquets à couverture noire, d’autres dans des éditions plus anciennes) a permis aux amateurs et aux collectionneurs de littérature populaire de se rappeler, ou de prendre conscience, que la France a été un territoire fertile et de premier plan dans ce domaine ; C’est précisément là que le terme roman-feuilleton a été inventé pour désigner le récit de fiction qui, dès les premières décennies du XIXe siècle, a commencé à être publié par tranches, par des journaux et des magazines, mais aussi dans des cahiers et des livrets indépendants.

Il faut préciser que nous ne parlons pas de la littérature populaire au sens traditionnel du terme, qui comprend les fables, les contes ou la poésie transmise oralement, mais de ce que l’on appelle également, surtout dans les milieux universitaires, la littérature de consommation (terme qui a été remis en question par l’essayiste Joan Fuster en 1974 dans un article du journal barcelonais La Vanguardia, car “il n’y a pas de littérature qui ne soit pas de la littérature de consommation, quelle que soit la façon dont on la considère : quelqu’un écrit pour que quelqu’un d’autre le lise, et lire est consommer dans n’importe quel contexte”).

Le succès des feuilletons français

NETFLIX | L'acteur français Omar Sy, qui incarne un seigneur-voleur du XXIe siècle dans la série télévisée Lupin, dont la première saison a été diffusée en 2021
NETFLIX | L’acteur français Omar Sy, qui incarne un seigneur-voleur du XXIe siècle dans la série télévisée Lupin, dont la première saison a été diffusée en 2021

En Espagne, de nombreux romans populaires français en feuilleton ont été publiés, grâce au succès rencontré dans les années 1840 par les traductions de Les Mystères de Paris d’Eugène Sudo (qui a rapidement donné lieu à une réplique locale, Barcelona y sus misterios, d’Antoni Altadill i Teixidó, également un best-seller à l’époque) et Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas, ce dernier paraissant en 1845, un an seulement après l’édition originale, et jusqu’à La guerre d’Espagne.

Dumas, Ponson du Terrail (auteur de la série sur Rocambole, autre héros-voleur), Fortuné de Boisgovery, Paul Féval, Gustave Le Faure, Gustave Aimard, J.-H. Rosny, Xavier de Montépin, Marc Mario, Émile Gaboriau, Paul d’Ivoi et d’autres auteurs français populaires ont été largement lus pendant cette période, qui a duré près d’un siècle, et bien sûr Julio Verne, qui a commencé à être traduit en espagnol de son vivant et très peu de temps après (il ne sera traduit en catalan que dans les années 1920). C’est un flux qui a été interrompu, pour diverses raisons, après 1939. “Dans ces années-là, la littérature d’aventure française, italienne, anglaise, slave et allemande était publiée en Espagne. Après notre guerre civile et la Seconde Guerre mondiale, seuls Karl May pour l’Allemagne, Salgari pour l’Italie et Verne et Dumas pour la France sont restés disponibles – et dans des collections de jeunesse“, explique Alfredo Lara, grand spécialiste et libraire en la matière, dans l’article Le Roman d’aventures, inclus dans l’ouvrage collectif Le Roman populaire en Espagne (Robel, 2000). “Tout le reste était anglo-saxon. Le succès des auteurs anglo-saxons a envoyé sur le tas pourri de l’oubli toute une série de classiques de l’aventure encore à récupérer”.

Le travail de recherche de ‘Le Rocambole’

ARCHIVE | Les premiers numéros de la revue <em>Le Rocambole</em>, publiée depuis 1997 par l'association française Les Amis du roman populaire
ARCHIVE | Les premiers numéros de la revue Le Rocambole, publiée depuis 1997 par l’association française Les Amis du roman populaire

Ces éditions castillanes centenaires (des collections telles que La novela ilustrada, dirigée par Vicente Blasco Ibáñez, ou La novela de ahora, qui était publiée chaque semaine) sont toujours recherchées et lues par les fans de feuilletons, pour la simple raison que beaucoup des œuvres publiées n’ont pas été réimprimées. Il faut recommander aux lecteurs et aux collectionneurs de cette littérature l’Association des amis du roman populaire (AARP) et sa merveilleuse revue Le Rocambole. Fondée en 1984 à Maurepas (dans la Somme), l’AARP a débuté avec deux publications : Tapis-Franc, qui présentait des travaux de recherche universitaire, et un Bulletin, consacré principalement à l’information et à la publication de documents, de textes inédits et de bibliographies. En 1997, ils ont décidé de les unifier avec la création de Le Rocambole, qui, malgré le sous-titre du bulletin, est une revue sous forme de livre (14 par 20 centimètres), réalisée avec une immense passion et toute l’érudition et la rigueur scientifique possibles pour le roman populaire, le roman-feuilleton et les territoires littéraires qui peuvent former une frontière.

Chaque numéro présente un dossier sur un thème, complété par des articles, des comptes rendus et des critiques de livres, d’expositions, d’activités et d’actualités. Le dernier, daté de juillet dernier, est un numéro double (95-96) et offre 240 pages et quatorze études sur les relations entre le roman populaire et la Commune de Paris. “Nous sommes en effet frappés – encore une fois – que les ouvrages et articles qui ont l’ambition d’observer les relations entre les écrivains et la Commune, ignorent les romans populaires, ou quasiment tous”, justifie l’AARP pour une Rocambole dédiée à cette insurrection populaire, et première et éphémère tentative de socialisme démocratique, qui a eu 150 ans cette 2021. “Cette ignorance tient au fait que les auteurs de ces travaux en restent souvent aux auteurs légitimés et ne pensent pas à sortir un peu de ce domaine bien balisé”, peut-on lire dans l’éditorial. “Certes, s’intéresser aux romans populaires demande plus de travail : il faut les repérer dans la presse ou sous des plumes moins connues, les trouver, les lire, les analyser. Mais, comme vous le verrez à la lecture de ce dossier, la recherche en vaut la peine. Il y a des textes tout à fait passionnants dans le secteur qui nous intéressent”.

La Commune de Paris, utopies et uchronies

ARCHIVE | Le numéro été-automne 2021 du Rocambole, avec un spécial consacré aux auteurs qui ont écrit sur la Commune de Paris il y a 150 ans
ARCHIVE | Le numéro été-automne 2021 du Rocambole, avec un spécial consacré aux auteurs qui ont écrit sur la Commune de Paris il y a 150 ans

En plus de trois articles généraux sur le sujet, nous pouvons lire des œuvres d’auteurs qui ont écrit sur la Commune, soit en termes de témoignage et d’opinion sur les événements, soit en termes de récit. Bien sûr, il existe aussi une littérature qui a cherché à répondre à la question Et si la Commune avait triomphé ?, titre d’une étude de Philippe Étuin sur les “anticipations, utopies et uchronies de la Commune de 1871”. Et Joseph Altairac, un grand spécialiste français de la science-fiction et de la rétrofiction, décédé il y a maintenant un an, a écrit le texte Certaines révolutions oubliées. Dans ce numéro 95-96 du Rocambole, on peut également lire des articles très documentés sur les romans judiciaires d’avant 1870, les origines des romans policiers, l’œuvre de Howard Pease (écrivain américain spécialisé dans les récits d’aventures maritimes) ou encore l’anticipation médicale spéculant sur la fin des maladies (encore un ouvrage du regretté Altairac).

Dans les numéros précédents, Le Rocambole a consacré son dossier central aux écrivains (Ponson du Terrail, Eugène Sudo, Emilio Salgari, Jules Lermine, Enid Blyton, Gustave Aimard, George Le Faure, André Laurie, les cousins de Jules Verne), aux éditeurs, des collections et des publications, ou des thèmes (Napoléon et le roman populaireStratégies de traduction, Les Aventuriers du Pôle, Feuilletons & séries TV, Dumas et le théâtre, Le Roman populaire en Grèce, Maurice Leblanc sans Lupin… ). Dans chaque numéro du Rocambole, il y a beaucoup à lire (les caractères sont petits), et des découvertes sans fin.

Textes rares de Verne et Terrail

ARCHIVE | La série <em>Rocambole</em> à la télévision française dans les années 1960, un héros-voleur venu du 19ème siècle
ARCHIVE | La série Rocambole à la télévision française dans les années 1960, un héros-voleur venu du 19ème siècle

L’activité des Amis du roman populaire va bien au-delà de cette revue plus ou moins trimestrielle. L’association édite également deux collections de livres, la Bibliothèque du Rocambole, qui réédite des textes rares (que sur les séries sur Verne et Terrail, ils n’ont déjà édité onze et treize, respectivement), et les Études populaires, et organise des expositions, des conférences et des journées d’étude. Et avec la collaboration de l’Université de Picardie-Jules Verne, elle entretient le Centre Rocambole (Centre de ressources international du roman populaire). Une tâche impressionnante, en termes de quantité, de qualité et de continuité, qui a pris son essor grâce à l’impulsion donnée par René Guise (1932-1994).

Professeur de Lettres modernes à l’Université de Nancy-II, Guise a été l’un des fondateurs de l’AARP, mais aussi le créateur du Centre de recherches sur la littérature populaire de cette université et de la Bibliothèque européenne du roman populaire, située dans la petite ville de Laxou, où il a fait don de ses archives de quelque cinq mille documents (un fonds inauguré en 1991, et qui s’est enrichi au fil des ans pour atteindre les vingt mille titres actuels). “Malgré son succès phénoménal, le roman populaire n’a pas conquis sa place en Littérature”, peut-on lire sur son site internet. “Longtemps critiquée, méprisée car destinée aux classes populaires ou ignorée, on l’a qualifiée de ‘paralittérature’, ou pire, d’’infralittérature’. Il prend aujourd’hui la revanche, les collectionneurs le recherchent, les chercheurs lui consacrent des travaux”.

“Le siècle XXI verra à n’en pas douter un accroissement phénoménal des études sur le populaire, sa littérature, son roman, son histoire, ses éditions”, écrit Jean-Luc Buard dans l’éditorial du premier numéro du Rocambole (printemps 1997). Et le temps lui a donné raison, du moins en ce qui concerne son pays. L’AARP n’est pas la seule association consacrée à ce sujet en France, où il existe un vaste réseau d’organisations, de lecteurs, de collectionneurs, de chercheurs, de bibliothèques, de librairies, de publications et de sites web, ainsi que beaucoup d’enthousiasme et d’intérêt pour la préservation et l’étude de ce domaine de la culture.

Revendication de Josep Maria Folch i Torres

FUNDACIÓ FOLCH I TORRES | L'écrivain catalan de littérature populaire Josep Maria Folch i Torres
FUNDACIÓ FOLCH I TORRES | L’écrivain catalan de littérature populaire Josep Maria Folch i Torres

Tout cela, vu de Catalogne, et encore plus si nous le regardons du point de vue de la littérature de langue catalane, nous rend très envieux. Il révèle un territoire certainement “ignoré et méprisé”, où presque tout reste à faire. Bien que quelques études aient été produites dans le domaine universitaire (Bibliographie du roman sentimental publié en catalan entre 1924 et 1939, de Núria Pi, avec un chapitre qui résume assez bien l’histoire de la littérature consumériste), généralement peu diffusées et certaines encore inédites (Vidange de la revue ‘Llegiu-me’ 1926-1928, de Lluïsa Parés), je signalerai trois éléments significatifs de l’ignorance et du mépris de ce patrimoine littéraire. Le plus frappant est le fait que Josep Maria Folch i Torres, le grand écrivain populaire catalan, n’a pas vu ses romans d’aventures scientifiques et de voyages exotiques, clairement inspirés par Verne et avec de bons résultats (El gegant dels aires, La família del capità Delmar), réédités depuis quarante ans, et que les deux magnifiques westerns qu’il a écrits (Per les terres rojes et El rei de les muntanyes blaves) n’ont pas été imprimés depuis soixante ans.

Nous pouvons également faire référence à l’oubli absolu des auteurs qui ont publié dans les collections populaires de romans antimodernistes, qui ont été si largement lues en catalan à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, et qui peuvent être parfaitement assimilées à certains des écrivains récupérés et étudiés au Rocambole. Un “ensemble de romans que, du point de vue d’aujourd’hui, nous ne manquerions pas de décrire comme un ensemble de non-sens”, avait déclaré le philologue Jordi Castellanos dans son article Le roman antimoderniste. Les propositions de ‘La Renaixença’ (publié en 2003 dans le volume Professeur Joaquim Moles. Mémoire, écriture, histoire), enterrant apparemment pour toujours une littérature qui mériterait peut-être une nouvelle opportunité, une autre façon d’être lue ; ou, à tout le moins, des rééditions comme celles de la Bibliothèque du Rocambole avec ses équivalents français.

Un Tarzan presque inédit

ARCHIVE | Le livre original d'Edgar Rice Burroughs <em>Tarzan of the Apes</em>, de 1912
ARCHIVE | Le livre original d’Edgar Rice Burroughs Tarzan of the Apes, de 1912

Tout comme les deux publications les plus mythiques de la littérature populaire catalane devraient également être accessibles, connues et appréciées : la collection Literatura sensacional (37 numéros, entre juillet 1908 et mars 1909), qui a publié pour la première fois et très rapidement le Sherlock Holmes de Conan Doyle en catalan, et la revue Llegiu-me, un projet inhabituel qui combinait auteurs catalans et traductions.

Mais il n’y a jamais eu de collection de romans de l’Ouest en catalan, ni lorsque Marcial Lafuente Estefanía était le roi des kiosques à journaux hispanophones, ni maintenant que Frontera, de la maison d’édition Valdemar, dirigée par Alfredo Lara, montre que le genre a également produit (et continue de produire) des œuvres de grande qualité littéraire.

Il n’est pas non plus possible de lire en catalan, autre exemple, la série de romans de Tarzan, traduits dans plus de cinquante langues, avec des millions d’exemplaires vendus dans le monde entier. Le premier, Tarzan of the Apes, publié par Edgar Rice Burroughs en 1912, a mis 85 ans pour atteindre le catalan. Lorsque les Edicions de la Magrana ont publié Tarzan de les mones en 1997, cela s’est fait sans aucune sorte de promotion et presque caché dans une collection jeunesse, sans aucune continuité. Les vingt-trois autres romans de Tarzan écrits par son créateur (ainsi que les nombreux pastiches, produits hors droits, dans différents pays, empruntant comme protagoniste principal le quatrième personnage de fiction le plus adapté au cinéma) restent inédits en catalan. Sur presque tous les fronts, le roman populaire, ici, n’a pas encore conquis la place qui lui revient.

 

Vues : 62